Voilier en relation avec : chaloupe

Un sinagot est un petit bateau à voile du petit port de Séné

Un sinagot est un petit bateau à voile, caractéristique du petit port de Séné, près de Vannes (ce terme désigne également les habitants de cette commune). Gréé en goélette à voile au tiers, plus précisément un gréement de chaloupe, utilisé traditionnellement pour la pêche dans le golfe du Morbihan jusqu'au début du XXe siècle.

Le gr√©ement de chaloupe est constitu√© de deux voiles au tiers : une misaine √† l'avant et un taillevent √† l'arri√®re. Contrairement √† la plupart des chaloupes, le sinagot, qui ne s'aventure normalement pas en pleine mer, porte des m√Ęts √† pible (M√Ęt d'un seul jet, ce qui ne veut pas dire d'un seul morceau. Les m√Ęts bermudiens sont toujours des m√Ęts √† pible, mais ils peuvent √™tre pleins, creux ou compos√©s de plusieurs parties coll√©es ensemble`` (Barber.1969) et non hauban√©s.

Traditionnellement, les voiles sont de couleur rouge ocre. Cette couleur est due au mélange de suif et d'écorces de pin broyées utilisé pour les tanner. On dit aussi rouge cachou, les fruits (cosses) de certains acacias d'Inde pouvaient être utilisés. Les couleurs des voiles de voiliers traditionnels variaient d'une région à l'autre et même d'un port à l'autre. Par contre, la coque semble n'avoir toujours eu qu'un enduit goudronné noir (coaltar). Tous les sinagots ont une coque noire, ils se distinguent par la couleur de leur pavois.

Ce gr√©ement est aussi celui des ¬ę forbans ¬Ľ du Bono, pr√®s d'Auray, (√† ne pas confondre avec les sinagots, la coque n'est pas du tout la m√™me). En effet, sur un sinagot, le ma√ģtre-bau ‚ÄĒ c'est-√†-dire la largeur maximale de la coque ‚ÄĒ est situ√© au niveau du tiers avant, alors que sur un forban, le ma√ģtre-bau se situe au tiers arri√®re. Un mod√®le unique de forban, a d'ailleurs √©t√© reconstruit en 1991, le Notre-Dame de B√©querel appartenant √† l'association Le Forban du Bono.

Historiquement, il y a toujours eu une ¬ę rivalit√© ¬Ľ entre les p√™cheurs du Bono et ceux de S√©n√©, chacun estimant avoir le meilleur type de bateau, les amenant parfois √† d√©truire les filets pos√©s en mer.

Le seul sinagot d'origine qui subsiste est Les Trois Frères construit en 1943 , classé monument historique en 1985 et restauré au chantier du Guip en 1992.
D√©but 2007 l'association des Amis du sinagot remet √† flot le Joli Vent, un sinagot de 1958, pour un convoyage d'Arzal (son dernier port d'attache) √† l'√éle-aux-Moines o√Ļ il sera restaur√© au chantier du Guip.
La chaloupe

Une chaloupe est soit un ancien bateau de pêche ou de commerce équipé de voiles au tiers, soit une grosse embarcation sur des navires. Les chaloupes modernes sont à moteur.

Dans l'ancienne marine, la chaloupe bordait des avirons (elle naviguait parfois avec des voiles au tiers) et était la plus grosse embarcation du bord, de construction plus robuste qu'un canot. Elle était capable de porter l'artillerie.

Au Canada (Québec), une chaloupe est une embarcation légère utilisée notamment pour la pêche sportive.

Histoire

Principal moyen de transport de marchandises pendant tout le XIXe si√®cle dans la baie de Bourgneuf avec les ¬ę sloops ¬Ľ et les ¬ę chass√©es ¬Ľ, ces bateaux de charge √©taient arm√©es au ¬ę bornage ¬Ľ le long des c√ītes du Pays de Retz et vers les √ģles de Noirmoutier et d'Yeu. Ce bornage, pour les chaloupes, pouvait √©tendre traditionnellement ses limites de l'estuaire de la Vilaine au nord √† la pointe du Peray, l√©g√®rement au sud des Sables-d'Olonne. Pornic fut, avec Bouin et Beauvoir, un lieu actif de construction avec ses chantiers Fortineau.

La chaloupe sardinière, à voile et à rame, fut très utilisée durant l'apogée de la pêche à la sardine dans les ports de la pointe du Finistère et notamment à Douarnenez. La chaloupe sardinière, grosse embarcation plus robuste que le canot, est toujours pointue aux deux extrémités. Elle est à avirons et à voile.

Au d√©but du si√®cle dernier, la p√™che √† la sardine √©tait largement dominante dans les ports du Finist√®re. Le cŇďur de cette p√™che √©tait en baie de Douarnenez qui accueillait d'immenses flottilles : chaque soir en saison, plusieurs centaines de chaloupes rejoignaient le port de Douarnenez.

¬ę Les chaloupes mesuraient 7 √† 8 m√®tres de long pour 2 √† 3 m√®tres de large. Elles n‚Äô√©taient pas pont√©es et avaient environ 1 m√®tre de tirant d‚Äôeau. Elles √©taient √©quip√©es d‚Äôune voilure support√©e par deux mats, le m√Ęt de misaine √† l‚Äôavant et le grand m√Ęt au milieu. Les deux m√Ęts √©taient l√©g√®rement inclin√©s vers l‚Äôarri√®re. Ces chaloupes √©taient tr√®s maniables et filaient entre 6 √† 8 nŇďuds ¬Ľ.

¬ę Douarnenez ‚ÄĒ P√™che du 19 juillet 1909 ‚ÄĒ Bateaux sortis : 50 ; rentr√©s : 300. Poissons par bateau : 3 √† 4.000 sardines. Quelques bateaux ont eu une moyenne de 7 √† 8.000 . Un bateau a eu 18.000 et un autre 15.000. ¬Ľ (archives L‚ÄôOuest-Eclair).

Technique

La coque de la chaloupe est souvent pointue aux deux extrémités, ce qui la distingue du canot qui a un tableau arrière. Il a existé des chaloupes ouvertes (sans pontage), semi-ouvertes (avec un demi-pontage à l'avant, muni ou non d'une cloison délimitant une cale, et parfois un coffre à l'arrière) et pontées. Des chaloupes à tableau arrière ont également été produites.

La chaloupe est √©quip√©e de voiles au tiers. Son gr√©ement est d√©riv√© de celui de misainier par adjonction √† mi-longueur d'un m√Ęt de taillevent un peu plus haut que le m√Ęt de misaine et d'une voile haute et √©troite nomm√©e taillevent, amur√©e au pied du m√Ęt, ce qui r√©duit la partie tierc√©e de la voile √† une surface tr√®s faible et permet d'√©viter le gambeyage.

Ce gréement a lui-même évolué par ajout d'un foc et d'un tapecul pour donner le gréement de chasse-marée ou de bisquine.
        Le Notre-Dame de B√©querel r√©plique du Forban du Bono

  C'est un mod√®le unique des bateaux de p√™che traditionnelle du Bono, le chalutier √† perche du d√©but du XXe si√®cle.
   lire la suite...


        La Mari-Lizig est une chaloupe construite en 1987-1988

  La Mari-Lizig est une chaloupe utilis√©e autrefois par les p√™cheurs du Relecq-Kerhuon
   lire la suite...


        Le Vannes - Sinagot

  Le Sinagot Vannes est un Bateau de p√™che traditionnel du Golfe du Morbihan
   lire la suite...


        La chaloupe Brokoa √† Saint-Jean-de-Luz

  Cette chaloupe biscayenne fait partie de l'histoire de la p√™che basque (Baleine, morue,).
   lire la suite...


        La fr√©toise est un canot-major restaur√©

  Cette embarcation, construite en 1973, faisait partie de la drome √©quipant les escorteurs d‚Äôescadre de la marine nationale.
   lire la suite...