Voilier en relation avec : cotre

Le Cotre

Le cotre (de l'anglais cutter) est un voilier √† un m√Ęt gr√©√© en voile aurique √† plusieurs focs, rapide et maniable, g√©n√©ralement √©quip√© d'une grand-voile √† corne, d'un fl√®che et de deux focs : le foc sensu stricto et la trinquette.

Détail du gréement

La b√īme situ√©e en bas du m√Ęt supporte la grand-voile ; le foc et la trinquette sont en avant du m√Ęt. Dans les gr√©ements traditionnels, la grand-voile est √† corne ("cotre √† corne") et le foc est amur√© √† un bout-dehors parfois tr√®s long.

Les voiliers modernes ont un système de voiles bermudiennes épurées et présentent seulement 3 voiles : la grand-voile, le foc et la trinquette.

Le principal avantage du cotre était la division des voiles d'avant (focs) et donc leur surface, ce qui permettait une manipulation plus facile. La généralisation des enrouleurs de génois a quelque peu enlevé de l'intérêt à ce type de gréement sur les bateaux de plaisance actuels.

Utilisation historique
Usage civil
Leur gr√©ement pr√©sentant une surface de voile importante par rapport au gabarit (m√Ęt pouvant atteindre une trentaine de m√®tres), en particulier gr√Ęce √† leurs multiples voiles d'avant (focs), leur donnait d'excellentes qualit√©s de vitesse et de manŇďuvrabilit√©, avec en particulier une capacit√© √† remonter au vent bien meilleure que les navires √† voiles carr√©es. Ils √©taient tr√®s utilis√©s comme :

- navire de pêche, les termes sloop et cotre étaient à cette époque synonymes chez les pêcheurs.
- navire de cabotage (pour les plus gros modèles).
- bateaux-pilotes dans les ports comme au Havre : on les appelait, ces cotres : "Hirondelles Ce lien renvoie vers une page d'homonymie". Les cotres √©taient aussi utilis√©s pour des missions de liaison et de surveillance c√īti√®re. Pour cette raison, les marines britannique et am√©ricaine continuent √† appeler cutters leurs garde-c√ītes.

Usage militaire
Au temps de la marine √† voile les cotres √©taient les plus petites unit√©s des flottes militaires utilis√©es comme navire de guerre (corsaire par exemple) on l'appelait alors ¬ę cotre de guerre ¬Ľ (Sloop of war). Ils √©taient alors √©quip√©s de six √† huit canons l√©gers et de voiles carr√©es pour en augmenter la vitesse : on parle de "cotre √† hunier" dans cette configuration de voiles. Le Renard, dernier bateau corsaire arm√© par Robert Surcouf, en est un exemple caract√©ristique.
        Le Biche thonier-dund√©e c√ītre aurique √† tapecul

  Biche fut bas√© √† Groix jusqu'en 1956 et p√™chait le thon aux lignes tra√ģnantes sur tangons
   lire la suite...


        L'Amzer'zo est un cotre de la Baie de Morlaix

  C'est un voilier de promenade. Son port d'attache actuel est Roscoff dans les C√ītes-d'Armor.
   lire la suite...


        Le Va pas trop vite est un Cotre et √† coque bois

  Le Va pas trop vite a √©t√© construit pour la p√™che aux casiers et la p√™che au filet
   lire la suite...


        Le Lady Maud est un cotre aurique avec m√Ęt de fl√®che

  Le Lady Maud a le label BIP (Bateau d'int√©r√™t patrimonial) de la Fondation du patrimoine maritime et fluvial.
   lire la suite...


        Le Hope est un ancien caseyeur √† voile construit en 1943

  Le Hope est un cotre aurique ou sloop √† corne qui a effectu√© la p√™che aux casiers
   lire la suite...


        Le G√©n√©ral Leclerc est un cotre coquillier

  Il est d√©sormais la propri√©t√© de l'association Lenn Vor de Plougastel-Daoulas.
   lire la suite...


        L‚ÄôArgo est un bateau de p√™che de type caseyeur et fileyeur

  C'est un sloop pont√© √† baignoire (ou √† cul-de-poule) au gr√©ement aurique
   lire la suite...


        Le Nethou-Vagabond est un cotre √† voile aurique

  Le Nethou-Vagabond est un cotre √† voile aurique de 12,50 m√®tres construit en 1926
   lire la suite...


        L‚ÄôOiseau de Feu est un voilier de course

  Oiseau de Feu est probablement un des classiques naviguant et r√©gatant dans toute la M√©diterran√©e.
   lire la suite...


        Le Marie-Madeleine est un cotre √† tapecul

  Ce bateau de p√™che est construit pour le patron-p√™cheur Paul Clarke de Barfleur.
   lire la suite...