Voilier en relation avec : trois-m√Ęts latin

Une go√©lette √† trois m√Ęts ou trois-m√Ęts latin

Une go√©lette √† trois m√Ęts ou trois-m√Ęts latin (ne pas confondre avec un trois-m√Ęts go√©lette), est un navire √† voile de type go√©lette, dot√©e de trois m√Ęts, dont tous les m√Ęts sont gr√©√©s g√©n√©ralement en voiles auriques. Dans ce cas, la go√©lette peut porter huniers, perroquet et m√™me cacatois √† l'un ou √† plusieurs de ses m√Ęts. Elle n'a surtout aucun phare carr√©.

Les go√©lettes franches √† trois m√Ęts portent des voiles √† corne et des fl√®ches sur les trois m√Ęts. Il existe √©galement des go√©lettes √† trois m√Ęts √† voiles bermudiennes, d'autres √† voiles d'√©tai.

Ce type de voilier diff√®re des go√©lettes classiques par ses m√Ęts qui sont g√©n√©ralement tous de la m√™me hauteur, de sorte qu'aucun d'entre eux ne s'impose en qualit√© de grand m√Ęt bien que l'on reprenne, par analogie avec les autres trois-m√Ęts, les appellations distinctives de m√Ęt de misaine, grand m√Ęt et m√Ęt d'artimon.

Historique

Historiquement, on trouve de petits b√Ętiments m√©diterran√©ens appel√©s ch√©bec, fins et rapides, utilis√©s par les pirates d'Afrique du Nord ayant trois m√Ęts gr√©√©s en voiles latines sur antennes.

On construit des go√©lettes √† trois m√Ęts proprement dites surtout au XIXe si√®cle et au d√©but du XXe si√®cle. Elles avaient des fonctions diverses, par exemple :

L'E. W. Morrison √©tait une go√©lette franche des Grands Lacs aux √Čtats-Unis ;
La Mary B. Mitchell battant pavillon anglais et portant hunier et fortune carr√©e √† son m√Ęt de misaine, se rendit c√©l√®bre pour avoir, apr√®s sa transformation en bateau-pi√®ge en 1915, coul√© deux sous-marins allemands.

Liste non-exhaustive de go√©lettes √† trois m√Ęts remarquables encore visibles :